jeudi 8 juin 2017

scratch scratch



j'ai été piqué par un moustique

merci mille fois

?

parce que je suis vraiment vivant.
 
Scratch scratch

KO UN 


encre: tanahashi kazuaki

samedi 3 juin 2017

la Merveille: Investigating Wonder

Explorer la merveille

黙照禅 




Dans la clarté, la merveille existe, son énergie spirituelle brille d'elle-même. 

On ne peut pas l'attraper, on ne peut donc pas l'appeler "ceci". On ne peut pas l'effacer, on ne peut donc pas l'appeler " pas ceci". 

Au-delà de l'esprit de délibération et de discussion, quittez les restes de vos images ombreuses. 

Se vider du sens de sa propre existence est merveille. 



Cette merveille se concrétise à travers l'esprit encore et encore.

 L'esprit lune et son corps nuage se révèle directement dans chaque direction, sans avoir besoin de signes ni
de symboles.




Rayonnant de lumière dans toutes les directions, cela répond de façon juste aux êtres et pénètrent les sens-poussière sans confusion.

Dépassant toute obstruction, cela brille à travers tous les dharmas vides. 

Quittez vos conditionnements et entrez dans la pure et claire sagesse, et jouez, amusez-vous dans le samadhi!



Où pourrait-on se tromper?

Voilà comment explorer vraiment l'essence, la merveille.




Cultivating the Empty Field 
Zen Master Hongzhi


samedi 27 mai 2017

Moon in a dewdrop...







Une nuit au temple
la lune
au plus clair de mon visage...




Calligraphie: lulena
Photo: carlabrennan.com 

dimanche 21 mai 2017

Au soleil de la gentillesse

Au soleil de la gentillesse    
 


C’est dimanche, c’est soleil, c’est marché. On se presse, on se bouscule dans les allées étroites ; on traîne devant les étalages, on compare les prix, on réfléchit aux menus. Et puis, comme ça, parce qu’il faut beau, on achète des cerises bien rouges, des fraises toutes neuves, ou une botte de carottes nouvelles encore couvertes de terre. C’est printemps ! Une bonne humeur apparemment inépuisable emplit le marché : les embouteillages se dissipent en sourires, les pleurs d’enfants en grands rires, et les marchands font l’article tout en plaisantant avec leurs plus jolies clientes.
 




Et, parce qu’il fait trop beau pour rentrer chez soi, on s’attable aux petits cafés qui entourent la place, dans un fouillis de paniers, de chaises, de gens qui cherchent un peu plus de soleil, un peu plus de rires, un peu plus de ces moments heureux où nous aimons nos voisins, où nous discutons de tout et de rien avec des inconnus ; un moment d’amitié facile, de plaisanteries, de complicité dans ce repos du dimanche, d’un de ces dimanches ensoleillés de printemps où la vie a le parfum du lilas et le goût du petit noir.








   Un couple réussit à tirer deux chaises près de moi ; pleins de cabas, ils sont tout heureux de leur première visite - j’entends leurs réflexions,  bien sûr, nous bénéficions tous d’une unique grande conversation ! - à ce marché populaire. Sous la chaise du Monsieur, en bordure d’allée, s’installe leur mignon petit chien, yeux brillants, queue frétillante, qui tient bien lui aussi à profiter de cette luxueuse matinée de promenade. Une femme passe, se baisse pour le caresser ; et lui aussitôt de donner de grands coups de langue, ce qui fait rire tout le monde. 



 Commence alors un échange animé : « …mangé tous les rideaux…le nôtre… déterré la plante verte…Et les chaussures ! … » . Ravi d’entendre parler de ses exploits, le toutou se rapproche et se couche dans l’allée. Arrive le serveur. Appelé de ci de là, un autre café, un verre d’eau, deux bières, il court, il écoute, il revient, bon, parfois beaucoup plus tard, mais qui est pressé ce matin? Il transpire, ce n’est pas jour de fête pour lui, mais il garde le sourire.

  Son plateau couvert de consommations posé comme il se doit sur la paume de la main gauche, à hauteur des yeux pour ne heurter personne, il s’avance. Il se dépêche. Son pied heurte alors le chien, obstacle inattendu : il perd l’équilibre, fait quelque pas en titubant comme tiré par la chute annoncée du plateau, et, miracle de ce dimanche! se rétablit bien droit sur ses deux pieds et s’arrête. 

La terrasse a tout suivi ; quelques sourires, souvenirs de Laurel et Hardy, de Buster Keaton, suivis d’un murmure admiratif devant l’impeccable fin de ce numéro involontaire. Mais voilà que le serveur fait demi-tour vers le toutou et ses propriétaires qui prennent tous les trois l’air désolé. La terrasse suit toujours ; on se demande : va-t-il se fâcher ? Va-t-il gronder et jeter des regards noirs vers l’animal qui a failli lui faire faire un vol plané ? Tout le monde retient son souffle : ce dimanche joyeux, cette matinée lumineuse vont-ils s’obscurcir d’une querelle ? Moi à sa place, se disent certains….Quand même, quand on a une bête…



 Le serveur, sans un regard pour le couple mal à l’aise, se penche vers le chien, avec une mine affectueuse et un grand sourire et le caresse en disant : « Ah! Pauvre! J’ai failli te faire mal ! Excuse-moi… » Soupir collectif de soulagement. Gratitude devant cette gentillesse spontanée. C’est dimanche. C’est soleil.




magazine la Vie les Essentiels - Lulena

Illustrations:
aintourisme, ot-pomic, tourcoing, tourismecanaldumidi, toulon, lifeactuality, arles-tourisme, maslaq. 

samedi 13 mai 2017

Miracles 神通 !


 
Miracles? Qu'appelons-nous miracles ? Faire des miracles au quotidien ? Mais bien sûr, nous dit  M° Dogen...nous faisons des miracles à chaque instant...Notre vie entière est miracle, tout ce qui nous entoure est miracle, le monde n'est que miracle...Regardez:



           Le miracle quotidien: BUTSUJI
  



BUTSUJI: 仏事 mettre notre vie entière dans chaque activité.

Tous les actes quotidiens sont « butsuji »,  l'expression de la réalité ultime : mettre notre vie entière dans chaque tâche. C'est Gyoji, l'action sans début sans fin.


JINZU, 神通 Miracles: 

« Les miracles dont je parle sont les activités quotidiennes des Bouddhas » .

« Parce que la terre, l'herbe, les murs, les tuiles et les cailloux sont engagés dans l'activité de Bouddha, 

ceux qui reçoivent les bienfaits du vent et de l'eau... sont aidés de façon inconcevable (merveilleuse, MYO ) par la compassion du Bouddha, splendide et impensable  (MYO  ), et ils s' éveillent intimement à eux-mêmes – à leur véritable nature ».



M°Dogen, SBGZ : Bendowa

Photos: Lulena, Marylise


mardi 9 mai 2017

Lumière!

VESAK: pleine lune - mercredi 10 Mai



En Inde, et dans les pays d'Asie du Sud Est, le jour de commémoration de la naissance, de l'éveil et de la mort de Bouddha est nommé Vesak (du nom du deuxième mois lunaire du calendrier hindou, Vaisakha) et Buddha Purnima, soit la Pleine Lune du Bouddha.


Cette commémoration a lieu lors du jour de Poya du mois de mai (pleine lune de mai). 

Cette année le mercredi 10 mai.
En Indonésie, la nuit de la pleine lune de mai, se tient un festival au temple de Borobudur dans le centre de Java
Une procession au flambeau démarre du temple de Mendut, situé à 8 km

 passe par celui de Pawon et arrive au Borobudur. 

Là, la procession grimpe les marches jusqu'au sommet. 

 Des centaines de moines en robe safran la mènent, portant des fleurs et des cierges qu'ils allument au moment où la lune apparaît à l'horizon. Les moines commencent alors leurs prières, leur méditation et leurs chants jusque tard dans la nuit. 

Hari Raya Waisak


 Dans tous les pays bouddhistes, les dévots laïcs vont faire ce jour là des efforts pour le bonheur des autres personnes, spécialement les malades, ou les personnes âgées. Ils distribuent des cadeaux ou font des dons d'argent, aux organismes charitables.

Pendant Vesākha on décore et on illumine les temples, on peint ou on crée à partir de divers matériaux des scènes représentant la vie du Bouddha. On apporte des boissons fraîches, ou des plats végétariens à partager entre tous ceux qui vont se rendre au temple ce jour-là, et bien sûr, on rend hommage à l'Eveillé, on prend Refuge dans les Trois Trésors. 

Jour de joie, jour de générosité, jour de lumière...

Que ce jour soit ainsi pour vous!

Tout ce qui compte

COEUR... Le coeur vide, le coeur joyeux encres Lulena