vendredi 20 juin 2014

Plus jamais






Le soleil qui s'éleva

de la mer ce matin

n'y retournera jamais


car la lumière répandue à la volée

qui illumine les feuilles


et luit sur l'eau


va voyager ce soir

sa longue traversée

hors de l'univers,


plus jamais ce soleil ,


ce monde, et jamais plus


son observateur.







«  Depuis plus de soixante ans dans ce monde, pendant lesquels j'ai rencontré beaucoup de gens, et lu d'innombrables livres, ce que je chéris le plus sont ces signes reçus d'un autre, de l'éternité reflétée dans le temps, ou entre - aperçue entre ses instants. ».



Kathlenn Raine Traduction:Lulena





dimanche 15 juin 2014

Je préparerai le thé pour toi










L'oiseau moqueur chante là haut

tapis rouge sur les pelouses vertes du Jardin Zen

sous le parasol

je préparerai le thé pour toi

comme si ce devait être la dernière fois,

ami,

tranquillement calme.








Le meilleur des thés doit être ridé comme le cuir des bottes d'un cavalier tartare, plissé comme le fanon d'un bouvillon ; 

il doit se déployer comme la brume montant d'un ravin, étinceler comme un lac frôlé par un zéphyr, et être humide et doux comme la terre qui vient d'être balayée par la pluie 

Lu Yu











Entre temps, prenons un peu de thé.
 L'éclat de l'après midi se reflète dans les bambous, les fontaines s'amusent à faire des bulles, et dans le chuchotement de la bouilloire, on entend la voix des pins. 
Rêvons d'évanescence, et attardons dans la belle stupidité des choses. 

Okakura Kakuzo
























http://www.tching.com/2012/12/tea-haiku/ :


朝茶のむ僧静也菊の花

asacha nomu sō shizukanari kiku no hana



Il y a de nombreuses traductions de ce poème célèbre, qui chacune met en valeur une facette différente.




Buvant le thé du matin

le moine est tranquille -

le chrysanthème en fleurs

----

un moine déguste le thé du matin

tout est calme

floraison des chrysanthèmes

----

pour son thé du matin

le moine s'assoit dans un silence total-

face à face avec les chrysanthèmes








Le défi d'une pièce du thé est d'être construite avec des matériaux apparemment incompatibles, de mêler le hautement sophistiqué avec le brut et le naturel, ; de varier les tailles, formes et emplacements ; de créer un effet de beauté sublime, tout en exprimant simplement le naturel.






 
Bien que je ne puisse pas fuir

ce monde de corruption

je peux préparer le thé

avec l'eau d'un ruisseau de montagne

et apaiser mon cœur

Ueda Akinari



 Sources: 




http://www.earlywomenmasters.net/masters/tea/ extraits de Julia V. Nakamura's "The Japanese Tea Ceremony"




月のゆく
山に心を
ゝくりいれて
やみなるあとの
身をいかにせん

tsuki no yuku
yama ni kokoro wo
wokuri irete
yami naru ato no
mi wo ika ni sen


Mon esprit, je l'envoie 
avec la lune
qui voyage au-delà des montagnes -
mais ce corps
laissé derrière dans l'obscurité?

Saigyo  

http://www.hermitary.com
 













mardi 10 juin 2014

Tous les corps...



Regardez! Regardez tout ce qui nous entoure: 

tous les êtres, 
tous les nuages, toutes les eaux,
tous les oiseaux:

apparition- disparition:    qui sont-ils?














lilla Jizo www.etsy.com/







Peut-être apparaîtrai-je sous la forme d'un corps d'homme,



 ou de femme, 



ou dans le corps d'un dieu, 






d'un dragon,







ou celui d'un esprit ou d'un fantôme. 





 



              Ou je pourrais apparaître 

comme une montagne, 

une forêt, un fleuve ou une source











ou bien une rivière, un lac, une fontaine ou un puits 

pour aider les êtres.













Ou alors j’apparaîtrai dans le corps d'un roi 

du ciel, 

d'un roi des dieux, 




d'un roi qui fait tourner la Roue de la Loi, d'un laïc, 









































du roi d'un pays, d'un premier ministre, d'un officiel, d'un moine, d'une nonne...




Jizo sous forme de chouette www.etsy.com/






 afin d'enseigner la Voie aux êtres et de leur porter secours. 


Sutra du bodhisattva Jizo





Êtres humains, jeunes, vieux, 
  
beaux ou laids, 

animaux qui rampent ou qui mordent,

lacs et prairies,

arbres et papillons:

une étincelle de Bouddha 




http13thsakyadhita.wordpress.com p1120194








 





mardi 3 juin 2014

La pureté du lotus




Les pas de la pluie rejoignent le couchant -

le bleu du vide ombre la cour.

Voir la pureté du lotus

Voir la transparence du coeur


Mong Hao-Jan



Photo: Liliane


Les murs des villes

A la dixième lune lorsque le vent  disperse les feuilles rouges sans autre raison tout paraît triste Fujiwara no Takamits...