lundi 30 mars 2015

Amnésie écologique

Je suis frappé par l'incohérence morale de notre société sur cette question des animaux ! Il y a comme une schizophrénie : il y a seulement 14% de Français en désaccord avec l'élevage pour la viande, mais 65% qui sont dérangés par les abattoirs. 
On ne veut pas les voir ! Jamais le film « terriens » qui montre les conditions de l'abattage industriel de la viande n'a pu passer à la télévision, pour ne pas choquer les plus jeunes par cette réalité « dérangeante ». 




 
D'ailleurs on constate que 50% des enfants des classes moyennes à Chicago ne font pas le lien entre le steak du hamburger et l'animal réel. D'où vient le steak ? Des supermarchés ! Et avant ? De l'usine ! Et lorsqu'on leur apprend qu'il s'agit d'un animal, ils n'y croient pas !






C'est un fameux paradoxe qu'une société où l'on vénère ses animaux de compagnie arrête sa compassion au bord de l'assiette.
L'an dernier tout le monde s'est mobilisé devant la vidéo de cet homme jetant un chat contre le mur. C'est bien ! Mais qui s'est ému des 500.000 animaux abattus le même jour dans des conditions épouvantables?

Matthieu Ricard interview dans La Vie 

En 1995, il y a eu une étude explorant la perception des enfants citadins à l’égard de la nature. L’amnésie générationnelle, c’est lorsque la perte de connaissance se produit parce que les jeunes générations ne sont pas au fait des conditions biologique passées. Il n’y a pas eu transmission de l’information par leurs aînés. 
D’anciens cultivateurs ne savent plus ce qu’étaient telle race de vache ou variété de pomme du temps de leurs pères.




 L’amnésie personnelle apparaît lorsque l’individu a oublié sa propre expérience. Par exemple il ne se souvient plus que les espèces de plantes ou d’animaux aujourd’hui devenues rares étaient, dans son enfance, beaucoup plus communes. 
Le changement est oublié et le nouvel état devient la référence. Si nous ne prenons pas conscience de ce que nous sommes en train de perdre, nous risquons de nous réveiller trop tard.
Je tente de montrer comment la lutte contre l’oubli est primordial à l’égard de la biodiversité si nous ne voulons pas être un Homo eremus, l’homme dans le désert. Or la sélectivité de la mémoire s’accommode des pertes du vivant sans même en prendre conscience ; c’est le shifting baseline syndrome, processus de référence changeante.

Choisissez la façon dont vous voulez vivre, pensez à la Terre que vous allez laisser à vos enfants, nous n’avons plus le  choix. Ou alors ce ne sera plus une (r)évolution verte, mais une révolution violente qui laissera beaucoup de monde sur le carreau. Jusqu'au jour où la nature dira « stop », à notre plus grande surprise.




 N’oublions jamais que le vivant a de tout temps été capable d’inventer de nouvelles trajectoires dont l’espèce humaine pourrait être exclue.


In « La grande amnésie écologique » de Philippe J. Dubois (delachaux et niestlé, 2012)
http://biosphere.blog.lemonde.fr/2012/page/14/

Photos: 
se-preparer-aux-crises
comptoirdesjardins
actu-environnement
boston globe


 

mercredi 25 mars 2015

Danse en bleu





bleu le cœur immense
bleu l'océan de la sagesse
bleu l'infini du ciel
bleue la transparence de la source
bleue la couleur de l'aube 
bleue la danse de notre vie


Encre : Lulena

jeudi 19 mars 2015

Compagnons d'errance

 






迷う Errance...

Compagnons errants

avec moi 

dans les six chemins...

Je reconnais mon père!

Je reconnais ma mère!

M°Dogen

With my companions 
Trekking the six realms
I recognize my father!
I recognize my mother!



Selon les enseignements du Bouddha, au fil de nos renaissances, "aussi nombreuses que les grains de sable du Gange", 
tous les êtres ont un jour été notre père et/ ou notre mère...
et nous, nous avons aussi été la mère et/ou le père de chacune des personnes qui nous entourent...

Pouvez-vous regarder vos voisins, vos collègues, vos amis, et tous les inconnus que vos croisez dans la rue, ou dont vous apercevez le visage à travers une vitre de train, ou à la télévision, 
en vous rappelant qu'un jour ou l'autre 
ils ont pris soin de vous, 
et que vous avez pris soin d'eux...

Si nous en étions capables, ne serait-ce qu'une journée, 
imaginez le changement dans nos vies...

Nous pourrions alors peut-être 
commencer à aimer ...


六つ の 道 
おちこち 迷う
友がら は 
我が 父 ぞ 可視
我が 母 ぞ 可視






dimanche 15 mars 2015

Donnez naissance au monde!



Si vous donnez naissance

donnez naissance au monde - 

les bourgeons bourgeonnants

dans la fraîcheur verte des bois.


Ei Akitsu 






A Long Rainy Season
Trad. Lulena

mardi 10 mars 2015

J'offre ma gratitude au Maître...




Moriyama Daigyo Roshi




Avec gratitude, je me souviens des gens, des animaux, des plantes, des insectes, des créatures, du ciel et de la mer, de l’air et de l’eau, du feu et de la terre, tout ce dont l’effort joyeux bénit chaque jour de ma vie.

Avec gratitude je me souviens l’attention et le labeur de milliers de générations des aînés et des ancêtres qui vinrent avant moi.

J’offre ma gratitude pour la santé et le bien-être que j’ai reçus

J’offre ma gratitude pour les bienfaits de cette terre que j’ai reçus

J’offre ma gratitude pour la bonne santé que j’ai reçue

J’offre ma gratitude pour la famille et les amis que j’ai reçus

J’offre ma gratitude pour la Sangha que j’ai reçue

J’offre ma gratitude pour les enseignements et les cours que j’ai reçus

J’offre ma gratitude pour la vie que j’ai reçue

J.Kornfield 




J'offre ma gratitude au rire du Maître devant mes erreurs, ma confusion, mon ignorance

J'offre ma gratitude au courage du Maître, à sa patience, à son dévouement, continuant à enseigner à tous les êtres à travers toutes les circonstances

J'offre ma gratitude aux grands pins qui entourent le temple, à leur chant, à leur éclat lorsqu'ils resplendissent de milliers de gouttes de pluie

J'offre ma gratitude à l'écho des pas du Maître résonnant dans la salle de méditation, nous encourageant, nous accompagnant dans notre nuit

J'offre ma gratitude au parfum des tatamis, à la douceur des murs en bois, à la couleur fanée des tissus de l'autel

J'offre ma gratitude à la beauté qui m'a ouvert les yeux sur le monde

J'offre ma gratitude à l'écho des paroles du Maître qui chuchote dans mon cœur me montrant encore et encore le Chemin de la compassion

J'offre ma gratitude à tous ceux et celles au fil de toute ma vie qui m'ont permis de franchir un jour le seuil du temple de Zuigakuin

J'offre ma gratitude à tous ceux et celles qui m'y ont reçue

J'offre ma gratitude totale au Maître qui m'a permis de commencer à comprendre la gratitude







Chanson du moine étranger

J'ai entendu parler d'un moine étranger
vivant au Taî Pe Chang
dont l'ermitage touche presque le ciel

Le voir est difficile pour les gens du monde

et on ne peut qu'entendre la son de sa cloche

- au bord de sa fenêtre
il dispersa de son bâton
deux tigres

- au pied de son lit
son écuelle enferme
 deux dragons...

Tsen Chen 



Trois années
un seul instant
une présence
zazen
rien ne bouge




Shin den: écho du coeur



Images: phoeniciany.com

Calligraphie: Lulena

















dimanche 8 mars 2015

Smile ! Be happy !


            



























Le don du sourire....qui rend les autres heureux aussi...


Photo: Yvon/Anne

dimanche 1 mars 2015

Eveil, science et nymphéas





La nature est mathématicienne. 
Un bouton végétal contient toute la fleur dans un volume extrêmement petit, résolvant un problème d'emballage fantastiquement compliqué : 
comment obtenir le plus grand volume plus tard, en partant du plus petit volume de départ ?



 Ilya Prigogine




La spiritualité, au même titre que la poésie ou l'art, constitue une fenêtre complémentaire à la science pour contempler la réalité.





 Le théorème de Gödel va dans ce sens : en ce qui concerne la connaissance du monde, même la raison a ses limites.

Il nous faut donc faire appel à d'autres modes de connaissance 




comme l'intuition mystique ou religieuse 
- le mot bouddhiste pour cette intuition est «l’Éveil»-
l'art ou la poésie pour nous rapprocher de la réalité ultime.





Les Nymphéas de Monet ou les poèmes de Rimbaud nous éclairent autant 
sur le réel 



que la physique des particules 
ou la théorie du Big Bang.


Trinh Xuan Thuan











 Illustrations:
blissinthecity.fr
interagir.com
insecula.com
blog.petitfute.com
alittlemarket.com 
iconeslamour.wordpress.com
afdj.over-blog.com
art.fr

Les murs des villes

A la dixième lune lorsque le vent  disperse les feuilles rouges sans autre raison tout paraît triste Fujiwara no Takamits...