mercredi 29 avril 2015

Les radis bien assis

         


Les radis sont comme les personnes du zen,
de bonne qualité
quand ils sont bien assis. 

Sengaï

Encre: Lulena

mardi 21 avril 2015

Regarder naître un papillon




Qu'est-ce que la compassion ? Parfois être là, parfois simplement détourner le regard? La compassion doit-elle être toujours active, ou bien aidons-nous l'autre aussi en lui donnant le temps de trouver ses propres solutions ? La peur est peut-être ce qui nous retient d'aller vers l'autre, mais elle peut être aussi ce qui va nous empêcher de lui donner l'espace dont il/elle a besoin...Comment regarder naître un papillon... ?





« Me promenant dans la campagne au début de l'été, je vis naître un papillon... ». Ainsi commence l'histoire que raconte un maître bouddhiste contemporain. Il s'arrêta, fasciné par les efforts du papillon pour sortir de sa chrysalide. Quelle peine ! Une patte s'agite dans le vide, un morceau d'aile tout froissé se traîne sur le sol... Enfin, petit à petit, une moitié de papillon émergea – encore couleur terre, toute recroquevillée, les ailes collées, mais déjà papillon. Et qui s'est remis à sa tâche de papillon pour se libérer du reste de la chrysalide.



Ému, impatient aussi peut-être devant tant d'efforts, le maître avance la main. C'est si simple, pour lui : un geste, et le papillon se libère. Voilà ! Maladroitement, l'insecte avance sur le sol. Il prend son élan pour déployer ses ailes multicolores, s'envoler vers les fleurs, vers le ciel. Et la première se déplie, s'agite – mais l'autre, ah ! Celle qui avait été aidée, avec les meilleures intentions du monde... sortie trop tôt, reste collée, recroquevillée. Et cet homme, impuissant, désolé, voit le papillon incapable de s'envoyer, traînant son aile blessée.


« Ce fut une grande leçon pour moi, commente-t-il. Il m'avait toujours semblé qu'aider était un geste naturel, spontané. Or, je me mis à me demander si avec les autres je ne risquais pas aussi parfois d'intervenir alors que j'aurais dû rester spectateur ; de tendre la main alors qu'il aurait mieux fallu, peut-être, détourner le regard... » Comment savoir ?



Cette histoire me revient ce matin, contemplant la nature dans la merveille de cette fin du mois de juin. Plus d'une fois, moi aussi, au début du jardin, j'ai voulu aider une nouvelle pousse – j'enlevais un peu de la terre qui la gênait pour sortir... et elle ne sortait jamais ! Comment fait l'hirondelle pour savoir quand il faut nourrir le petit, et quand il faut le pousser hors du nid ?


Qu'est-ce que la compassion ? Comment se tourner vers l'autre ? Qu'est-ce qu'aider ? ? Tant de choses différentes se cachent derrière ce mot : le fils de mon amie est très fier, il a appris à nouer ses chaussures tout seul : il est encore lent et sa mère attrape les lacets : « Je vais t'aider... » L'enfant se met à pleurer... Je me souviens aussi de ce père devant les problèmes de sa fille adolescente : « Je ne vais pas l'aider, elle doit apprendre toute seule » et du regard désespéré de la jeune fille... Une amie qui se met en colère après moi : « Pourquoi est-ce que tu as fait cela ? - Écoute, je voulais seulement t'aider... »


Un jour, au Japon, dans un parc, je trébuchai et me cognai le genou par terre. Je fis une grimace, et croisai le regard d'une femme assise un peu plus loin ; j'essayai un sourire confus, mais imperturbable elle détourna les yeux. J'en fus irritée et vexée, et il me fallut du temps pour comprendre qu'en fait, selon le code japonais, en prétendant ne pas m'avoir vue tomber, elle m'évitait ainsi la gêne d'une situation embarrassante.
Je compris, et, depuis, il m'arrive, à moi aussi, de détourner les yeux.

 



Qu'est-ce que la compassion ? Tendre la main n'est pas toujours juste, toujours détourner le regard non plus. Je ne peux pas non plus agir selon ce que j'aimerais qu'on ait fait pour moi, car les autres ne sont pas moi. Ils ont d'autres blessures, d'autres attentes.

Alors ? Peut-être faut-il se demander d'abord si nous acceptons de laisser à l'autre le temps d'apprendre et de trouver, le temps de « sortir de sa chrysalide » ; le temps peut-être même, parfois, de vivre la souffrance. Ou bien avons-nous peur, peur que la douleur ou les difficultés de l'autre ne ravivent notre propre douleur ?


 Il faudrait poser la question autrement : « De quoi a besoin cette personne à ce moment-ci ? »

Prendre le temps de voir à chaque fois la personne qui est en face de moi : enfant ou adulte, inconnu ou ami ; bien sûr, je me tromperai parfois, mais, dans cette attention, dans ce silence, naîtra le geste juste, le mot, le regard, celui qui révélera le papillon et lui permettra de s'envoler...










Magazine La Vie Les Essentiels

Dessin: Marion, Calligraphie: Lui Show Kun, photos: Liliane, Lulena

vendredi 17 avril 2015

Née pour...




Regardant chatoyer les fleurs de cerisier
un instant dans le soleil





je suis née pour être humaine
dans ce sombre,
fragile monde...


Nobuko Katsura


A Long Rainy Season
Trad. Lulena



vendredi 10 avril 2015

Colère du lapin




La non-violence du lapin ou du mouton ne compte pas.
Il faut avoir de la colère en soi pour devenir vraiment non-violent

Lanza Del Vasto





Fudo change la colère en salut:  il a un visage furieux, au regard acéré car il cherche à effrayer les gens pour qu'ils acceptent les enseignements de Dainichi Nyorai; il porte la "kurikara", l'épée qui vainc les démons  dans sa main droite, ( elle représente la sagesse qui tranche à travers l'ignorance)
et dans la main gauche une corde pour attraper et lier les démons. Il a souvent un 3ème oeil sur le front - vison omniscinente, et il est assis ou debout sur un rocher - car il est immuable dans sa foi.

http://www.onmarkproductions.com/html/fudo.html

Fudō converts anger into salvation; he has furious, glaring face, as Fudō seeks to frighten people into accepting the teachings of Dainichi Buddha; he  carries “kurikara” or devil-subduing sword in right hand (representing wisdom cutting through ignorance);he holds rope in left hand (to catch and bind up demons); often has third eye in forehead (all-seeing);  he is often seated or standing on rock (because Fudō is “immovable” in his faith). 

dimanche 5 avril 2015

Les jours rallongent...


Printemps!!


 ひとひはげみ二日なまけて日脚伸ぶ

Je travaille un peu
puis paresse plus longtemps -
les jours rallongent...

Kazuko Senju


 

J'attends le printemps,
le printemps, là,
dans mon coeur.


春を待こころの中に春を




 Kito Akiyoshi




Le printemps si proche-
les voix de la forêt
les voix de l'eau

Goro Nichikawa








Goutte à goutte
les lumières du passé
s'écoulent de la Voie Lactée d'hiver

Goro Nishikawa







Le ciel s'obscurcit
à l'instant une feuille de magnolia
tombe dans le vide...

Yoshio Negishi






N'ayant rien
les oiseaux repartent
au travers des nuages

Hiroko Nishimura


La lune et moi Haikus d'aujourd'hui Points

Les murs des villes

A la dixième lune lorsque le vent  disperse les feuilles rouges sans autre raison tout paraît triste Fujiwara no Takamits...