vendredi 29 mai 2015

Le potager de notre voisin












Dans son potager, mon voisin n'en fait qu'à sa tête – et ça lui réussit très bien, merci. Tous les ans, son potager déborde et le nôtre, eh bien, rien de comparable. Nous qui, en arrivant, n'étions pas très versées dans les plantations, avons commencé par acheter plein de livres, et demander beaucoup de conseils. Nous étions bien résolues à être "bio", comme lui, bien sûr, pour notre plaisir et pour ne pas abîmer cette belle nature qui nous environne.  

La première année, encore ignorantes, nous avons fait venir un tracteur pour retourner la terre, mais tous les livres nous mirent en garde contre l'agression que cela représente pour la précieuse couche d'humus. 

Aussi, l'année suivante nous nous sommes munies d'un outil spécial, plein de dents, mais, assurait la publicité: " Particulièrement étudié pour faciliter l'aération de la terre sans efforts", et la photo montrait une gentille grand-mère devant un jardin qui s'étendait à perte de vue. 
Après quelques heures, nous étions paralysées par les courbatures, bien incapables d'agiter le bras pour répondre aux joyeux bonjours que nous adressait le voisin du haut de son tracteur.
  "Alors, s'étonna-t-il, vous allez tout faire à la main?" Et nous d'essayer de sourire et d' assurer que nous étions vraiment ravies de ce vrai travail de la terre.
 En tous cas, nos épaules se sont musclées. 


 Et cette année-là aussi, son potager fut somptueux.

Nous avons préparé un grand espace, afin de pouvoir alterner engrais verts et légumes.

Le voisin s'en tient au même espace depuis des dizaines d'années. 

Nous pratiquons consciencieusement la rotation des cultures:

 -" Mais où est passé le plan du potager de l'année dernière? Les pommes de terre, elles étaient où, les pommes de terre?".

 A côté, les salades reprennent tous les ans la place attitrée des salades, et les choux celles des choux.


 Nous plantons à la bonne lune, montante ou descendante –
  "Quand ça ressemble à un P, c'est laquelle? Où est le livre?" .

Nous passons des heures à demander aux petits pois s'ils se sentiraient mieux auprès des carottes, et aux betteraves ce qu'elles pensent des courgettes.




Nous avons semé tout droit – enfin…autant que possible- puis aussi en cercle, en spirale, en diagonale…Nous avons rajouté la- fleur–qui-fait-fuir-l'attaquant des choux, et celle qui écœure le papillon avide de salade; nous mettons du fumier, de la chaux et de la cendre. 



Mais à l'époque des plantations, nous surveillons du coin de l'œil et nous passons faussement par hasard dès que le voisin pose le pied dans son potager –" Les carottes, il sème les carottes, où sont les paquets de graines?"









Notre voisin est notre Maître ès-jardin, notre oracle:" Les haricots, le jour de la St Didier, c'est lui qui l'a dit…".
Il nous a nourris avec générosité dès la première année de notre installation ici, quand le futur potager était couvert de vieux parquets et des bois de construction. 

Aujourd'hui encore, et demain sûrement, ses salades, venues longtemps avant les nôtres, apparaissent sur notre table, ses haricots verts emplissent nos bocaux de conserve et les courgettes géantes gratinent dans le four. 

Car il nous donne sans compter avec une générosité cachée: "Ca va se perdre si vous ne le prenez pas…"






En cette fin d'été, notre potager n'est plus qu'une grande étendue orange: tout disparaît sous les soucis!

Je trouve que c'est le seul point où nous réussissons mieux que lui, mais soyons franc, il n'essaierait même pas d'enfouir ses légumes sous des fleurs inutiles!
 

Et quand nous lui demandons: " Mais enfin, allez, dites-nous comment vous faites? " Il nous regarde en souriant, penche un peu la tête: "La pratique, vous voyez, il n'y a que la pratique…"





Alors tous les ans, nous continuons à pratiquer, et à apprendre…Merci.


Lulena les Essentiels, Magazine La Vie 

Photos: Finegarden.com,skydesigns,
www2.ljword
githomearchitecture
imgkid
gardendrama
Marcelo
Lulena





vendredi 22 mai 2015

Birmanie encore, hélas


Journal La Croix



J'avais fait cet article en juillet 2013. Déjà, nous savions, les boutiques brûlées, les déplacements forcés, les camps, les assassinats.
Loin de s'apaiser la situation a empiré.
  Certains bouddhistes, certains moines font monter la colère.
En attisant la peur née de l'ignorance.

" Le pouvoir a instrumentalisé le bouddhisme pour consolider son processus d'unité nationale", rappelle Alexandra de Mersan, anthropologue spécialiste de la Birmanie, à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Principale cible de cette politique discriminatoire, la communauté des Rohingyas. Ces musulmans d'origine bengalie, dont 800 000 peuplent l'État de l'Arakan, au nord-ouest du pays, ont été déchus de la citoyenneté en 1982. "Ils n'ont pas d'État et sont arbitrairement considérés comme des étrangers, ce qui est faux", assure au Point.fr Phil Robertson, chercheur à Human Rights Watch.
 
Extorsion de leurs terres, difficultés à se marier ou interdiction d'étudier, les Rohingyas sont, d'après l'ONU, la "minorité la plus persécutée au monde". Si elle fait tout pour les forcer à quitter la Birmanie, quitte à les placer dans des camps aux conditions de vie misérables, la junte militaire va en parallèle attiser chez les habitants de l'Arakan (les Arakanais) une véritable haine anti-Rohingyas. "Il s'est développé chez eux une réelle peur par méconnaissance de l'islam", raconte Alexandra de Mersan. "Les Arakanais ont notamment été très choqués par la destruction par les talibans des Bouddhas de Bâmiyân, en mars 2001 en Afghanistan, mais aussi par le 11 Septembre, dont les images ont été allègrement diffusées par la télévision birmane."        Le Point

En tant que bouddhistes, nous devons rappeler que la violence, toute violence est inacceptable.
Que la colère et la peur sont des poisons, qu'ils obscurcissent l'esprit, au point de perdre toute humanité.
Nous souhaitons que les bouddhistes birmans rappellent ces vérités à leurs frères et soeurs.
Et nous étendons des pensées de bienveillance et de compassion sur tous les habitants de ce pays, sans distinction.

Lulena



 

Texte de l'appel signés par les grands dirigeants bouddhistes mondiaux:

À nos frères et sœurs bouddhistes du Myanmar,

Nous, responsables bouddhistes mondiaux, tenons à exprimer notre bienveillance et notre préoccupation pour les difficultés auxquelles la population du Myanmar est actuellement confrontée. Bien qu'il s'agisse d'un moment de grand changement positif pour le Myanmar, nous sommes préoccupés par la montée des violences ethniques et les attaques ciblées contre les musulmans dans l'État de Rakhine et par la violence à l'encontre des musulmans et d'autres communautés dans l'ensemble du pays. Les Birmans sont un peuple noble, et les bouddhistes birmans portent en eux une longue histoire du respect du dharma
[l'enseignement du Bouddha]. Nous tenons à réaffirmer au monde les principes bouddhistes les plus fondamentaux de non-violence, de respect mutuel et de compassion et à vous soutenir dans leur exercice. Ces principes fondamentaux enseignés par le Bouddha sont au cœur de toute pratique bouddhiste : les enseignements bouddhistes sont fondés sur les préceptes de ne pas tuer et de ne blesser quiconque. Ils sont fondés sur la compassion et le soin mutuel. Ils respectent chacun quelle que soit sa classe sociale, sa caste, sa race ou sa croyance. Nous sommes avec vous pour défendre courageusement ces principes bouddhistes, quand d'autres voudraient diaboliser ou nuire aux musulmans ou à d'autres groupes ethniques. Ce n'est que dans le respect mutuel, l'harmonie et la tolérance que le Myanmar peut devenir une grande nation moderne profitable à tous et un formidable exemple pour le monde. Que vous soyez un sayadaw [un vénérable], un jeune moine, une jeune moniale, ou que vous soyez un bouddhiste laïc, s'il vous plaît, parlez, levez-vous, réaffirmez ces vérités bouddhistes, et soutenez chaque personne du Myanmar avec la compassion, la dignité et le respect offerts par le Bouddha.



Soyez assurés de notre soutien dans le Dharma.

 
Traduction: E.Rommeluère.
http://zen.viabloga.com/news/le-bouddhisme-incite-t-il-aussi-a-la-non-violence

En anglais:



 Face à la violence.

Il y a des mots incompréhensibles, et des mots qui font mal à entendre : «  nationalistes bouddhistes », « attentats bouddhistes », «  crimes bouddhistes »...

Bien sûr, personne ne peut croire que les bouddhistes soient exempts des défauts et des faiblesses humaines ; l'enseignement du Bouddha sur les Quatre Nobles Vérités nous rappelle que les poisons de la haine, de l'avidité et de l'ignorance sont présents chez tous les êtres humains ; c'est exactement ce dont nous devons prendre conscience chez nous-mêmes.

Déjà, on avait vu lors de la guerre au Sri Lanka, ces actes terribles, ces actes qui nous blessent et blessent toute la Sangha. D'autres moines, d'autres laïcs bouddhistes avaient refusé que la Voie du Bouddha serve d'excuse, ou de prétexte, à des exactions et à des crimes. « Confronté dès 1983 à la guerre civile entre les tamouls et le gouvernement cinghalais appuyé sur une grande part du clergé bouddhiste, le mouvement Sarvodaya s'oppose aux mensonges d’État et à la propagande, s'occupe de camps de réfugiés et organise des « Maha-Shanti» : grandes méditations pour la paix réunissant toutes les religions et toutes les ethnies du Sri Lanka, pour dit-il « changer la psycho-sphère ». La première, symboliquement, fut organisée sous un arbre né d'une bouture de l'Arbre de l’Éveil, rapportée au Sri Lanka au 2ème siècle avant notre ère, afin de bien affirmer que le bouddhisme ne peut être qu'un mouvement de paix. La seconde rassembla 650.000 personnes dans un grand silence. « Ceci, dit le Dr Ariyaratne, fondateur, est le son de non-explosion des bombes, le son des mines qui n’éclatent pas, des fusils qui ne tirent pas.» »( ACAT, 1er trimestre 2013)


Aujourd'hui, c'est au Myanmar ( Birmanie) que des moines, des « bikkhus » appellent à détruire, à incendier et à tuer.

Aujourd'hui, ce sont d'autres bikkhus – et bikkhunis- qui leur rappellent, dans l'urgence, avec douceur et fermeté, le premier enseignement du Bouddha : «  La haine ne peut être vaincue par la haine, la haine ne peut être vaincue que par l'amour ».
Nous peinons tous à mettre ces mots en pratique, nous avons tous envie d'être en colère après quelqu'un, et le piège aujourd'hui serait justement de détester à notre tour ceux qui nous obligent à nous confronter à des actes intolérables perpétués, ou inspirés, par des « bikkhus ». Nous devons vaincre notre propre violence, et aider les autres à faire de même.

C'est le sens de l'appel signé des grands leaders bouddhistes toutes traditions confondues ci-dessus :cet appel a été publié dans plusieurs journaux birmans ; la lettre de Jack Kornfield que vous lirez plus bas en est l'introduction.

Espérons que ces hommes en robe safran, aveuglés par l'ignorance, emportés par la haine, remettront leurs pas dans les pas du Bienheureux.

Espérons que le karma qu'ils créent par leurs actes les conduira un jour vers la lumière...Lulena







 
 NE LAISSEZ PAS FAIRE

La Birmanie, désormais appelée Myanmar, est en pleine mutation. Ce pays, encore dirigé il y a peu d’une main de fer par une impitoyable junte militaire, s’ouvre aujourd’hui à un réel élan de liberté et de démocratie. Après 17 ans d’emprisonnement, Aung San Suu Kyi a pu quitter sa résidence surveillée, porteuse d’un esprit de metta et de dignité qui laisse pantois. Le Président Obama s’est lui-même rendu récemment en Birmanie, où il a livré un discours fort, sage et encourageant. Quoi de plus réjouissant que ces photos de Barack Obama, Aung San Suu Kyi et Hillary Clinton souriant côte à côte ?

Cela étant, il arrive, lorsque les dictatures sont abolies, que des tensions ethniques anciennes, non résolues, fassent leur réapparition. Et les conflits comme ceux-là sont nombreux en Birmanie. Les pires exemples qui nous en soient revenus récemment font état de terribles persécutions et actes de violence à l’égard de musulmans, et plus particulièrement des populations Rohingya qui vivent près de la frontière du Bangladesh. A notre grande horreur, certains moines et chefs de temples bouddhistes ont encouragé ces violences. Et d’autres ont eu peur de les condamner. 

Préoccupés, quelques enseignants occidentaux et moi-même avons rédigé une lettre ouverte aux moines et aux nonnes birmans et avons obtenu de nos amis responsables bouddhistes mondiaux qu’ils y souscrivent. Cette lettre a été publiée dans plusieurs des journaux birmans les plus lus. Il s’agit d’un appel empreint de bienveillance, qui, témoignant de notre profonde inquiétude, remémore aux bouddhistes birmans le noble héritage du Dharma qu’ils ont reçu et réaffirme les principes de la non-violence, de la compassion et du respect mutuel. « Défendez ces vérités », tel est notre message.

Nous devons tous, de temps à autre, nous voir rappeler nos engagements et, en tant qu’amis du peuple birman, nous tenons à soutenir ce qu’il y a de meilleur et de plus beau dans la tradition bouddhiste birmane, à l’heure où ce peuple travaille d’arrache-pied pour réussir la transition d’un demi-siècle de répression vers une authentique liberté. Nous lui souhaitons beaucoup de succès dans son entreprise et lui dédions nos prières.J.Kornfield

Traduction : Françoise Myozen







-Ven. Thich Nhat Hanh
Nobel Peace Prize Nominee Vietnam
-Ven. Bhikkhu Bodhi
President Buddhist Global Relief, (world's foremost translator of the Pali Canon)
Sri Lanka/USA

-Dr. AT Ariyaratne Founder Nationwide Sarvodaya Movement
Ghandi Peace Prize Laureate Sri Lanka

-Ven. Chao Khun Raja Sumedhajahn Elder, Ajahn Chah Monasteries
Wat Ratanavan, Thailand

-Ven. Phra Paisal Visalo
Chair Buddhika Network Buddhism and SocietyThailand

-Ven. Arjia Rinpoche VIII
Abbot Tibetan Mongolian Cultural Center Mongolia/USA

-Ven. Shodo Harada Roshi Abbot Sogenji Rinzai Zen Monastery Japan
-Achariya Professor J Simmer Brown Chairperson Buddhist Studies
Naropa Buddhist University USA

-Ven. Ajahn Amaro Mahathera Abbot Amaravati Vihara England
-Ven. Hozan A Senauke International Network of Engaged Buddhists Worldwide
-Younge Khachab Rinpoche VIII Abbot Younge Drodul Ling Canada
-Ven. Sr. Thich Nu Chan Kong President Plum Village Zen temples France/Vietnam
-Dr. Jack Kornfield Vipassana Achariya Convener Western Buddhist Teachers Council
USA

-Lama Surya Das Dzogchen Foundation International Vajrayana Tibet/USA
-Ven. Zoketsu N. Fischer Soto Roshi Fmr. Abbot largest Zen community in the West
USA/Japan

-Tulku Sherdor Rinpoche Director BI. Wisdom Institute  Canada
-Professor Robert Tenzin C. Thurman Center for Buddhist Studies
Columbia University USA

-HH the XIV Dalai Lama
Nobel Laureate Tibet/India
Bien qu'il n'ait pu être joint à temps pour signer cette lettre, Sa Sainteté a, à de nombreuses reprises, publiquement exprimé son inquiétude pour les musulmans Rohingya du Myanmar. Il a pressé chacun de continuer la pratique de la non-violence, et de conserver l'harmonie religieuse qui est au centre de notre culture, ancienne et respectée .










mercredi 20 mai 2015

Bonheur





Le rêve de printemps
d’une herbe longue
et d’une herbe courte

ながい草み
ちかい草の
春の夢

Niji Fuyuno




Sugasugashi

 Frais comme
une vague bleue
le premier chant d'oiseau 



Sawayaka

Les pins en sentinelle -
le bonheur est une étendue
d’eau claire et paisible -
ramassées sur elles-mêmes
les pierres patiemment
attendent la clarté de la lune


Lulena





 

mercredi 13 mai 2015

mardi 5 mai 2015

Insignifiants...?







Non seulement la matière lumineuse dans les étoiles et les galaxies ne constitue qu'un insignifiant 0.3 % du contenu en masse et en énergie de l'univers, 




non seulement la matière dont nous sommes faits ( protons, neutrons, électrons) n'en constitue qu'un minuscule 4 %, 

non seulement il existe six fois et demie plus de matière noire exotique (23 %) que de matière noire ordinaire( 3.5 %) 







mais la majeure partie du contenu de l'univers (73 %) est formée d'une mystérieuse énergie noire dont l'origine nous échappe totalement...(...)









Désormais l'homme sait qu'il n'est pas fait de la même matière que la plus grande partie de l'univers et que si protons, neutrons et autres électrons n'étaient pas venus au monde,  cela aurait à peine perturbé le contenu en masse et en énergie de l'univers...








De cette terre qui sait
un éclair jaillira 
dans le soir naissant

Soseki





Trinh Xuan Thuan  in Le monde s'est-il créé tout seul?
Soseki Haikus 

Images: fractal_hydrothermal miquel 
            culture-science-paca
            futura-sciences
            pariscience

Les murs des villes

A la dixième lune lorsque le vent  disperse les feuilles rouges sans autre raison tout paraît triste Fujiwara no Takamits...