mercredi 21 octobre 2015

Marseille dans le Samsara



« J’ai une idée si agréable de Marseille que je suis assurée que vous n’avez pas pu vous y ennuyer. » 
 
 Madame De Sévigné
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 « Marseille est une ville 
magnifique qui froisse 
et qui déplaît 
au premier abord 
par la rudesse de son climat
 et de ses habitants....
 
 
 
 
On s’y fait pourtant, car le fond de ce climat est sain et le fond de ses habitants est bon. » 

George Sand




 
« Marseille est une ville selon mon cœur.
 C’est aujourd’hui la seule des capitales antiques qui ne vous écrase pas
 avec les monuments de son passé. Elle a l’air bon enfant et rigolarde...
 
Elle est sale et mal foutue. Mais c’est 

néanmoins une des villes les plus 

mystérieuses du monde et des plus 

difficiles à déchiffrer. »

 Blaise Cendrars



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

« Marseillais : tous gens d’esprit. » Gustave Flaubert 
 
 
 
 "Naître à Marseille n'est jamais un hasard. Marseille est, a toujours été, le port des exils, des exils méditerranéens,
des exils de nos anciennes routes coloniales aussi.  Ici, celui qui débarque un jour sur le port, il est forcément chez lui...
 

D’où que l’on vienne, on est chez soi à Marseille. Dans les rues, on croise des visages familiers, des odeurs familières.
 Marseille est familière. Dès le premier regard. » Jean-Claude Izzo 
 
 
 
 


Marseille sortie de la mer, avec ses poissons de roche, ses coquillages et l'iode,
Et ses mâts en pleine ville qui disputent les passants, 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ses tramways avec leurs pattes de crustacés sont luisants d'eau marine, 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le beau rendez-vous de vivants qui lèvent le bras comme pour se partager le ciel,
Et les cafés enfantent sur le trottoir hommes et femmes de maintenant avec leurs yeux de phosphore,
Leurs verres, leurs tasses, leurs seaux à glace et leurs alcools,
Et cela fait un bruit de pieds et de chaises frétillantes.
Jules Supervielle
 
 
 
 
 
« Tartarin rayonnant, marchait, regardant de tous ses yeux ce merveilleux port de Marseille qu’il voyait pour la première fois, et qui l’éblouissait. » 
Alphonse Daudet
 
 
" Ah, dit le Maître, en es-tu encore à chercher le bonheur dans le Samsara?"
 
 Textes: http://defigrandesecoles.lexpress.fr/ecs-iej-marseille/25-citations-litteraires-sur-marseille/
 
Photos: Lulena; affiche 1: Françoise. 

lundi 5 octobre 2015

Bodaidaruma, les yeux ouverts

Commémoration de Bodhidharma - Jap.Bodaïdaruma- le 5 octobre









28 ème Patriarche indien, disciple de 

Hannyatara, il voyagera trois ans pour 

arriver à Nankin. 




 
Après un dialogue bref et houleux avec 

l'Empereur, «Construire des stupas, recopier 

les sutras : pas de mérites ! »


























le peu diplomatique moine disparaît assez 

rapidement,  traverse le Yang Tsé sur une 

mauvaise herbe








Et s'installe devant un mur pendant neuf ans 

dans une grotte près du temple de Shao-Lin: 


c'est zazen!




 














            










 






Dehors, dans la neige, 

s’assoit Eka - il deviendra 

son 

successeur avec un bras en 

moins, coupé pour montrer 

sa détermination.








Bodhidharma est barbu, chevelu, pas très net-  son image a frappé les Japonais:
 c'est un gaijin!!




Il meurt empoisonné à l'âge de 150 ans, et 

on le retrouve 3 ans plus tard, traversant les 
 
montagnes du Pamir une chaussure à la 

main...


















mais toujours chevelu...


Et quand on ouvre sa tombe, qu'y trouve-t-on?


La deuxième chaussure - c'est tout!






Depuis, qu'a-t-on fait de lui au Japon ?




D'abord, mécontent de s'être endormi 

pendant un zazen, il aurait arraché ses 

paupières, et là où il les jeta poussa le 

premier arbre à thé ! 

Gratitude...


puis on supposa que pendant sa longue 

méditation, bras et jambes s'étaient flétris, 

et étaient tombés....





Voilà ce qui se passe à trop faire zazen...!




Parce que le dieu de la variole aime la 

couleur rouge, dit-on, parce que cette 

maladie atteint trop de jeunes enfants, 

Bodaidaruma devient 

le talisman protecteur qu'on pose près du 

futon des petits malades...





okiagari koboshi    起き上がり小法師







De là l'imagination s'emballa : parce qu'on 

ne peut pas le faire tomber, il représente la 

guérison rapide de toute maladie, l'aisance à 

se remettre sur pieds ( un comble!) et la 

résilience…



Un esprit indompté et une détermination 

absolue...ah !! Gambarimasho !!







Faites un voeu!



Vous souhaitez le succès pour une affaire, un 

mariage, ou bien pour être élu, ou pour 

l'examen de votre fille...vous achetez un 

Daruma: 







 et vous peignez l'oeil gauche, puis vous le

placez sur une étagère...










Si pendant l'année, le            

voeu se réalise:  

vous êtes marié, vous êtes 

élu, votre fille va 

entrer à la Todaï...vous 

peignez alors le deuxième 

oeil, en remerciant...








 Cela s'appelle " Les yeux 

s'ouvrent!"


Me ga Deru 芽が出る ou 目が出る





Si votre concurrent est élu, votre fille 

recalée, vous pouvez toujours peindre le 

deuxième oeil, et décider d'ouvrir vous aussi 

l'oeil et le bon avant le prochain voeu...








Pourquoi Bodhidharma est-il venu de 

l'Ouest...


Schlaaack!








 Toutes les infos, les vrais, pas les remarques...et la plupart 

des images viennent du site:




http://www.onmarkproductions.com/html/daruma.shtml

Très beau site, plein d'infos, plein de repros, toujours très 

 intéressant.
 

  




   Les remarques sont de Lulena





Les murs des villes

A la dixième lune lorsque le vent  disperse les feuilles rouges sans autre raison tout paraît triste Fujiwara no Takamits...