mercredi 31 août 2016

Mais pourquoi enfin...?

                              Mais
                           pourquoi
                             enfin
                             vous
                           n’aimez
                              pas
                         la poésie?

 




« A quoi bon la poésie? …la poésie me semble là justement pour faire voir au regard usé, désabusé, que le monde n’a jamais cessé d’être étrange, lointain, désirable… (…)

Je marche à la rencontre d’un matin d’été avant que la chaleur ne devienne lourde et la lumière aveuglante, et je le vois  scintiller dans les verdures, comme si le vent du nord était un fleuve rendu visible par ces milliers de feuilles fraîches, courant toujours dans le même sens, vers la mer (…)

- et voilà ce que je n’ai jamais  réussi à dire encore,

ces matinées brillantes, fraîches et vives dans le berceau des montagnes, ces jardins bruissant au pied des rochers, cet air animé comme de l’eau où l’on rentre comme dans le poudroiement d’une fontaine, d’une cascade, ce moment qui dure peu au commencement d’un grand jour d’été.

Et si l’on parvenait à le dire ( et ici je suis bien loin du compte) n’y aurait-il pas quelqu’un pour en éprouver un peu de contentement, et qui se retrouverait grâce à quelques paroles fraîches en état de désir, rien que pour avoir redécouvert confusément ce don léger du jour? »

Jacottet Tout n’est pas dit. Ed. Le temps qu’il fait.
                            

                          Alors,
                  regardez le monde
             avec vos yeux de chair, qui voient la beauté,
             avec vos yeux de poète qui voient le don,
             avec vos yeux de Bouddha qui voient l’unité…

Lulena


Photos Lulena

vendredi 26 août 2016

Méditation 1







Autour de la salle de méditation
les fleurs,
la fraîcheur de l'air,
l'obscurité encore.

Les cloches glacées 
aux voix sombres et profondes 
éveillent l'univers.
Silence des carillons dorés,
immobilité des bannières.

Les hymnes de joie 
nous emmènent au-delà du monde.

Les robes noires se réjouissent 
en se décrassant des illusions.

Le sutra de Lankavatara récité,
un moment de pause;
les tuiles du toit du monastère
silencieusement illuminées.

Long Lian  


Images: goabroadfund, pexels.

mercredi 17 août 2016

Août au jardin: arroser...










Le principal souci du jardinier en été c'est évidemment l'arrosage du jardin.  Avec une prise d'eau et une lance d'arrosage, on peut arroser rapidement , et, pour ainsi dire, en série: en un temps relativement court, nous éclabousserons, non seulement les plate-bandes, mais aussi le gazon, la famille du voisin qui est en train de goûter, les passants dans la rue, l'intérieur de notre maison, tous les membres de notre famille et surtout nous-mêmes.




Le jet d'une lance à arrosage a un effet formidable, presque comparable à celui d'une mitrailleuse; on peut s'en servir pour creuser un trou dans la terre en un instant, pour briser les plantes et pour arracher aux arbres leur feuillage.



Vous pouvez vous rafraîchir d'une façon idéale, en dirigeant le jet de votre lance contre le vent: c'est de la véritable hydrothérapie, tant cela vous pénètre. La lance d’arrosage a de plus la manie particulière de se trouer quelque part vers le milieu, à l'endroit que vous soupçonnez le moins; et alors, vous vous tenez comme un dieu des Ondes au milieu de rayons jaillissants, un long serpent d'eau enrouler à à vos pieds:c'est un spectacle saisissant.



Ensuite, lorsque vous êtes trempés jusqu'aux os, vous déclarez avec contentement que le jardin en a assez et vous allez vous sécher. Pendant ce temps, votre jardin a fait " Ouf", a  avalé une gorgée de vos jets d'eau sans sourciller et le voilà de nouveau sec et assoiffé comme devant.



K.Capek L'année du jardinier. 10/18
Images:  catalogue.lumiere, lexpress, culturebox.francetvinfo, gardenguides.

Les murs des villes

A la dixième lune lorsque le vent  disperse les feuilles rouges sans autre raison tout paraît triste Fujiwara no Takamits...