mercredi 21 décembre 2016

Aimer Paris en décembre








Sûrement à cause du fleuve,
peut-être parce que sur une île;
pour la couleur de la pierre,
parce que j'y vois encore les traces 
de tant d'heures, d'années, 
de tant d'hommes au travail, de sueur, de misère, et de joie quand se forme la voûte, 
 de passion - ces arcs-boutants qu'on n'avait jamais vus,
cette provocation,
tous ces regards admiratifs, curieux ou indifférents aussi, 
depuis des siècles;
un jardin,
des enfants qui jouent,
des langues inconnues,
un ciel plus grand que partout ailleurs 
dans cette ville.
 
 

lundi 19 décembre 2016

Kanzéon à Calcutta


 Le Chemin de la Compassion

      Roshi Joan Halifax:
 Tout est dit ici par Halifax Roshi- parfaitement dit. Merci. Lulena


  The Way of Compassion


 Les yeux de Kanzéon voient dans chaque recoin de Calcutta.


 Les oreilles de Kanzéon entendent tous les cris de souffrance, ceux que l'oreille humaine reconnaît et aussi la voix du cèdre et de l'acajou coupés qui tombent, celle de l'esturgeon qui lutte et ne peut plus remonter la Mère Volga pour y déposer ses œufs. 



 



Les mains de Kanzéon se tendent en prenant toutes les formes, les tailles et les couleurs pour aider tous les êtres. Elles agissent à partir de la compréhension et de l'amour.

Kanzéon a 6 têtes, avec lesquelles elle peut percevoir le monde sous toutes ses formes et un millier de bras et de mains pour aider tous ceux qui souffrent. Elle s'est donné au monde, pour être formée par lui selon ses besoins. Toutes ses mains tiennent des instruments efficaces pour agir. 

   

Comme Mère du Monde, elle est au dehors de nous, mais comme notre mère, elle vit aussi à l'intérieur de chacun de nous.

 


En fait elle vit dans chaque chose.  On la trouve partout – dans la pluie qui en tombant nourrit la terre et apaise la chaleur de l'été ; dans l'enfant affamé qui fait naître notre compassion.
Elle est cette partie de nous qui entre en communion avec le monde sans hésiter. Elle entre dans ce corps naturellement et sans peur.




 

« Que la beauté que nous aimons soit ce que nous faisons ; Il y a des centaines de façons de s'agenouiller et d'embrasser la terre » Rûmî.

L'art de la  tendresse aimante est la face de la sagesse dans le quotidien, et la main de la compassion dans les actes ordinaires. 


Cette figure de la sagesse, cette main de la compassion , nous ne les réalisons jamais à nous seuls, mais toujours avec et à travers les autres. 





 



Les Enseignements nous montrent une perspective dans laquelle il n'y a pas d'illumination personnelle, mais un Eveil qui se produit à travers une relation aimante.


Roshi Joan Halifax

The Way of Compassion : Excepts from The Fruitful Darkness by Roshi Joan Halifax
                
                 May my body
                
be a prayerstick 

                 for the world :
   "Listening to the Sound of the World."


Photos: Laurent. Françoise

dimanche 11 décembre 2016

Cadeau de fin d'automne

Le dernier cadeau de l'automne




    C'est vrai, il faut faire quelques efforts pour aimer la fin d'automne, quand les oranges et les rouilles se sont éteints, et que les matins gris s'allongent sans fin ; mais vous en verrez toute la beauté avec quelques accessoires, et un peu de bonne volonté: 


 il vous faut des arbres dépouillés et un amoncellement de feuilles sèches et craquantes à leurs pieds ; un ciel blanc sans limites se déployant au-delà de l'horizon ; des montagnes qui s’effacent dans le lointain. Il faut de la mousse sur de gros rochers, des fleurs de bruyère et des chevreuils bondissant en lisière de forêt, silhouettes gracieuses vite disparues...




       Il faut aussi accepter d'avoir un peu froid aux doigts, mais s'enorgueillir d'une bonne écharpe et d'une paire de bottes en caoutchouc qui fera floc-floc sur les chemins boueux. Sans oublier un pas rêveur, un grand sac pour les châtaignes, et peut-être un bâton qui servira quand le chemin prend la tangente au milieu des pierres et des pommes de pin. 



   Il faut respirer pour se sentir nettoyé jusqu'à l’âme par cette fraîcheur aux reflets bleus qui dessine chaque aiguille de pin, chaque caillou du chemin, chaque minuscule goutte de rosée encore accrochée à l'ombre des fougères. 

   Il faut ce petit vent vif et joyeux qui pénètre les vêtements et fait le ménage dans le cœur, ôtant toutes les couches de paresse et d'indifférences entassées dans l'indolence de l'été.


   Ajoutez-y la tache vive des derniers potirons dans le potager, une pile de bois bien rangée près de la porte de la cuisine, et la promesse d'un gâteau avec les petites pommes rabougries ramassées hier sous le pommier. 

    Les derniers jours d'automne sentent la cannelle et le feu de bois, avec une nuance de vanille. 


    

   Si vous avez de la chance, vous aurez aussi tout au fond de la vallée un petit ruisseau qui court et qui murmure, et s'enroule, tout transparent, autour des pierres polies. Lorsque de longues herbes vertes essaient de le retenir, il s'arrête un instant, devient mystérieux et sombre, avant de repartir, ragaillardi par les pluies d'automne, là-bas, là-bas, plus loin, là où l'entraîne son chant, là où l'appelle la vie ...
   


      Il faut enfin rester immobile, à l'abri d'un chêne, jusqu'à se confondre avec lui et se laisser porter par l 'air et la lumière, jusqu'à sentir pousser ses racines et partager le réconfort et la générosité de la terre; alors peut-être apercevrez-vous le museau pointu et la queue rousse et touffue de Goupil, ou bien le cou tout blanc et les oreilles rondes d'une minuscule belette...
    

     Pour aimer pleinement ces dernières journées d'automne, vous devrez vous laisser absorber par leur lumière : si au printemps elle est douce et pâle comme le duvet sous la gorge de l'oisillon, aujourd'hui le monde est empli d'une lumière blanche et dure qui nous prépare pour le gel, pour le dur, le coupant et l'hiver. Elle refroidit la terre et endort les pierres, s'insinue à travers les sapins, éblouit les ravines: les couleurs de l'automne sont devenues lumière.




    Et, si vous n'avez sous la main ni forêts ni renard ni belette, pas le moindre sapin ni la moindre clairière aux rochers gris; si aucun ruisseau ne se faufile près de chez vous, et s'il y a longtemps que vous n'avez plus ramassé de pommes, consolez-vous ! 

Car, souhaité ou non, l'automne vous fera un dernier cadeau, aujourd'hui ou demain:


Vent d’automne colore les feuilles

Est-ce lui qui a posé sur ma tête

Le premier cheveu blanc...

Soseki



Photos: Françoise, Lulena

dimanche 4 décembre 2016

Jour d'automne : 1Oh, 17h, 22h


1Oh: Charonne, maison



17h: marché d'Aligre



                                  Jours d'automne
- chaque année plus lents,
mais si vite passés.


22h: Bd Richard Lenoir, Bastille

Photos Lulena

Les murs des villes

A la dixième lune lorsque le vent  disperse les feuilles rouges sans autre raison tout paraît triste Fujiwara no Takamits...